1. Bilan-Faim 2018

  2. Télécharger le rapport   English

INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE DANS LE NORD

Les Canadiens vivant dans des localités éloignées du Nord sont aux prises avec des taux élevés d’insécurité alimentaire et même, dans certains cas, à des degrés extrêmes.

LES DÉFIS DU NORD

Les banques alimentaires du Nord doivent relever d’importants défis, dont l’accès à la logistique et au transport pour assurer un approvisionnement stable en nourriture. L’absence d’un soutien alimentaire constant dans ces localités rend la nécessité d’un changement politique d’autant plus critique et urgente.

D’autres mesures doivent être prises pour s’attaquer aux taux élevés d’insécurité alimentaire dans le Nord canadien. C’est pourquoi Banques alimentaires Canada recommande aux gouvernements de continuer à accorder plus d’attention à cette question. De plus, chaque recommandation de politique formulée dans ce rapport, si elle est mise en œuvre à l’échelle nationale, permettrait de réduire le besoin de recourir aux banques alimentaires dans le Nord.

46,8 % des enfants du Nunavut souffrent d’insécurité alimentaire.*

LES DÉFIS GRAVES ET COMPLEXES DU GRAND NORD

Niqinik Nuatsivik Nunavut Food Bank
Iqaluit, Nunavut

Aucune route ne mène au Nunavut. L’air et la mer (et encore là, seulement de la fin août au début septembre) sont les seules voies d’accès aux communautés de ce territoire. Cette réalité fait augmenter le prix de tous les biens et services à Iqaluit, y compris la nourriture.

Le coût de la vie au Nunavut n’est pas étranger au fait que près de la moitié des ménages vivent l’insécurité alimentaire. La banque alimentaire d’Iqaluit essaie de faire ce qu’elle peut pour aider les personnes dans cette situation en leur fournissant les aliments de base et en faisant le pont avec d’autres ressources communautaires. « Notre défi est de trouver une façon d’obtenir des denrées alors que les frais de livraison au Nuvavut sont faramineux », souligne Bruce McRae, coprésident du conseil d’administration.

L’été dernier, la banque alimentaire a demandé l’aide de Banques alimentaires Canada. Son personnel a travaillé avec un grossiste pour acheter des denrées à prix réduit. Celles-ci ont été transportées au port de Montréal, chargées dans un conteneur et expédiées à Iqaluit. « Pour une première collaboration, les résultats sont très encourageants. » Ces denrées devront suffire pour l’année, car un autre envoi ne sera pas possible avant la fonte des glaces l’été prochain.

La gestion d’une banque alimentaire dans le Grand Nord comporte de nombreux défis, et l’accès aux denrées arrive en tête de liste. Les bénévoles qui dirigent la banque alimentaire Niqinik Nuatsivik s’efforcent d’offrir une variété d’aliments à tous ceux à qui la banque vient en aide chaque mois.

En mars 2018, il y a eu plus de 6 600 visites aux banques alimentaires dans les territoires.

MANDAT

Faire preuve de leadership à l’échelle nationale pour soulager la faim aujourd’hui et pour prévenir la faim demain, en collaboration avec le réseau des banques alimentaires du Canada. Pour ce faire, nous maximisons l’incidence collective de réseau, renforçons les capacités locales des banques alimentaires et militons pour réduire le besoin de recourir aux banques alimentaires.

* Source : Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2014.