1. Bilan-Faim 2018

  2. Télécharger le rapport   English

RECOMMANDATIONS POLITIQUES

Deuxième recommandation :

Aide à la création de services normalisés et abordables d’apprentissage et de garde des jeunes enfants au pays

Année après année, l’une des statistiques les plus choquantes qui émergent du Bilan-Faim est à l’importance du nombre d’enfants affectés par les faibles revenus et la pauvreté dans un pays aussi riche que le nôtre.

En 2018, et tout au long de la dernière décennie, les enfants ont représenté un peu plus de 20 % de la population générale du pays, et pourtant, ils représentent plus de 35 % des personnes qui ont besoin du soutien d’une banque alimentaire. Cette statistique signifie que des centaines de milliers d’enfants comptent sur les banques alimentaires chaque mois au Canada. Ces chiffres ne sont pas seulement stupéfiants : ils sont inacceptables.

Les services de garde des enfants sont devenus si chers partout au Canada que de nombreuses familles à revenu modéré à faible éprouvent des difficultés. À Toronto en 2018, le coût moyen des services de garde par enfant était nettement supérieur à 21 000 $ par année.iii

Le gouvernement fédéral a investi des sommes non négligeables dans le soutien des familles dans le cadre de l’Allocation canadienne pour enfants, mais il est clair que d’autres mesures doivent être prises pour réduire considérablement le besoin de banques alimentaires qui touche autant d’enfants.

Afin d’avoir une incidence réelle sur les familles vivant avec des revenus faibles, un investissement fédéral accru et durable dans l’apprentissage et la garde des jeunes enfants est essentiel. Les liens entre les politiques sociales et économiques dans ce domaine sont clairs : chaque dollar investi dans l’apprentissage et la garde des jeunes enfants stimulera l’économie à long terme à raison de 2,40 $.iv

L’apprentissage et la garde des enfants, comme le logement abordable, constituent un investissement dans le bien-être des Canadiens et procurent de réels avantages à l’ensemble du pays. Le financement et le soutien dans la mise en place d’un système abordable d’apprentissage et de garde d’enfants offrent de multiples avantages : ils permettent aux parents d’intégrer le marché du travail ou d’y demeurer actifs, et ainsi d’augmenter leurs revenus, ou encore ils favorisent la poursuite de leurs études et l’approfondissement de leurs compétences. À plus long terme, ces mesures permettent de réduire le taux de décrochage scolaire chez les enfants et les jeunes et favorisent leur intérêt pour les études postsecondaires.v

Même si une accessibilité à grande échelle pour des services de garde abordables est réellement bénéfique pour les parents qui éprouvent des difficultés financières, les parents de tous les échelons de revenu peuvent en profiter. Cet énoncé est particulièrement vrai pour les familles monoparentales qui sont constamment surreprésentées dans la fréquentation des banques alimentaires du pays.

À une époque où la majorité des parents travaillent, où le marché du travail évolue rapidement et où la main-d’œuvre diminue dans tous les secteurs, il est tout simplement avantageux d’investir dans l’apprentissage et la garde des jeunes enfants.vi

Nous recommandons au gouvernement fédéral de s’engager à réduire de façon marquée le nombre d’enfants ayant besoin de banques alimentaires au Canada.

Voici nos recommandations :

Élaborer une stratégie nationale sur l’apprentissage et la garde des jeunes enfants et y inclure des objectifs concrets.

  • La stratégie devrait inclure une augmentation importante des investissements fédéraux en vue d’atteindre les objectifs énoncés dans la stratégie, et prévoir le financement et l’orientation du projet de création de services de garde accessibles, abordables et financés par l’État dans chaque province et territoire du Canada.
  • L’investissement fédéral devrait se concentrer aussi sur la construction des infrastructures nécessaires à la création physique d’espaces de garde d’enfants.
  • La stratégie devrait préciser des points de référence en matière d’accessibilité que chaque province devra respecter pour être admissible au soutien et au financement du gouvernement fédéral afin de créer efficacement des normes nationales de qualité et d’accessibilité concernant l’apprentissage et la garde des jeunes enfants, et ce, à l’échelle du pays.

MANDAT

Faire preuve de leadership à l’échelle nationale pour soulager la faim aujourd’hui et pour prévenir la faim demain, en collaboration avec le réseau des banques alimentaires du Canada. Pour ce faire, nous maximisons l’incidence collective de réseau, renforçons les capacités locales des banques alimentaires et militons pour réduire le besoin de recourir aux banques alimentaires.

iii Campaign 2000 [2018]. Bold Ambitions for Child and Family Poverty Eradication – 2018 Report Cards on Child and Family Poverty. Toronto: Campaign 2000.
iv Centre for Spatial Economics [2010]. Early learning and care impact analysis. Toronto: Centre for Spatial Economics.
v Ibid.
vi Food Banks Canada [2011]. Nowhere to Turn, Toronto: Food Banks Canada.